La "commission pour le développement de la Poste" est en place

Publié le par CGT Poste Villeurbanne PPDC



Sources : Nouvel Obs, Le Monde, Ministère de l'Economie des Finances et de l'Emploi





« La commission sur l'avenir de La Poste est en place

 

 

 

La commission Ailleret, chargée de faire des propositions sur l'avenir de La Poste d'ici le 30 novembre, devait se réunir pour la première fois vendredi 25 septembre. Le gouvernement a dévoilé vendredi la liste des membres de la Commission pour le développement de La Poste, chargée par Nicolas d'identifier les "forces et faiblesses" de cette dernière à l'approche de l'ouverture complète du secteur à la concurrence au 1er janvier 2011. La commission doit remettre ses conclusions au gouvernement fin novembre, alors que la direction de l'établissement public souhaite ouvrir le capital et transformer son statut en société anonyme.

 

Le gouvernement en a parachevé la composition, au terme de tractations politiques délicates avec les élus locaux. Elle comporte 23 membres - 6 personnalités qualifiées, 6 élus, 6 syndicalistes et 5 représentants de l'Etat et de La Poste :

 

 

 

26 septembre 2008 - Christine Lagarde et Luc Chatel installent la « Commission pour le développement de La Poste »

 

Christine Lagarde, ministre de l’Économie, de l’industrie et de l’emploi et Luc Chatel, secrétaire d’État en charge de l’Industrie et de la consommation, porte-parole du Gouvernement, ont installé, vendredi 26 septembre, la commission pour le développement de La Poste annoncée par le Président de la République.

 

La commission, présidée par François Ailleret, devra évaluer l’impact sur La Poste du contexte concurrentiel propre à chacun de ses métiers en France et en Europe, identifier ses forces et faiblesses dans la perspective de l’ouverture complète à la concurrence au 1er janvier 2011 et étudier les différentes voies de développement de La Poste et les besoins financiers pour y parvenir.

 

Les réflexions de la commission devront prendre en compte la nécessité, rappelée par le Président de la République et le Premier ministre, de veiller au maintien des droits et des statuts des personnels de l’entreprise et au développement des missions de service public de La Poste, à savoir le service universel du courrier et du colis, l’aménagement du territoire, le service public du transport et de la distribution de la presse, et l’accessibilité bancaire.

 

Cette commission devra remettre ses conclusions au Gouvernement à la fin du mois de novembre 2008.

 

 

Composition de la commission :

 

 

6 personnalités qualifiées

 

François AILLERET, Directeur général honoraire d’EDF – Président du groupe des entreprises publiques au Conseil économique et Social – Président de la commission

René ABATE, Consultant en stratégie, ancien président de BCG Europe

Elie COHEN, Directeur de recherche au CNRS

Yves COUSQUER, Président d’honneur de La Poste

Thierry FALQUE-PIERROTIN, Président directeur général de Redcats Group

Reine-Claude MADER, Présidente de l’Association des consommateurs, consommations, logement et cadre de vie

 

 

6 élus

 

Jean DIONIS du SEJOUR, Député de Lot-et-Garonne – Vice-président de la Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale – membre de la CSSPPCE

Charles GUENE, représentant de l’Association des Maires de France (AMF), Sénateur de Haute-Marne

Pierre HERISSON, Sénateur de Haute-Savoie, Président de la Commission supérieure du service public de la Poste et des communications Electroniques (CSSPPCE), Président de l’Observatoire national de la présence postale

Patrick OLLIER, Député des Hauts-de-Seine, Président de la commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale

Daniel PAUL, Député de Seine-Maritime

Un parlementaire (en cours de désignation par le Parti Socialiste)

 

 

6 représentants des organisations syndicales représentatives de La Poste

 

Régis BLANCHOT, Secrétaire fédéral SUD-PTT

Patrick BOURGEOIS, chargé des services publics pour la CGT- Ancien secrétaire fédéral de la CGT FAPT responsable de La Poste

Jacques LEMERCIER, Secrétaire général de la fédération FO communication

Hervé MORLAND, Secrétaire général de la fédération de la communication – conseil – culture de la CFDT

Michel ROBERT, Président du syndicat CGC de La poste

Daniel RODRIGUEZ, Secrétaire général du secteur « Poste » de la CFTC

 

 

3 représentants de l’État

 

Bruno BEZARD, Directeur général de l’Agence des participations de l’État

Pierre DARTOUT, Délégué interministériel à la Délégation Interministérielle à l’Aménagement et à la compétitivité des territoires

Luc ROUSSEAU, Directeur général de la Direction générale des entreprises

 

 

3 représentants de La Poste

 

Marc-André FEFFER, Directeur général délégué chargé de la stratégie de développement, des affaires juridiques et internationales et de la régulation

Raymond REDDING, Directeur général délégué du groupe La Poste, Directeur du courrier et Président de SOFIPOST

Jacques SAVATIER, Conseiller du Président, Directeur des Affaires territoriales et du service public, Directeur du développement durable

 

 

 

 

L'installation de cette instance traduit la volonté du chef de l'Etat Nicolas Sarkozy d'ouvrir le débat sur l'évolution de La Poste, dans la perspective de la libéralisation du marché du courrier, en 2011.

 

M. Sarkozy ne se sent pas contraint par le projet présenté par le président de La Poste, Jean-Paul Bailly, fondé sur une transformation de l'entreprise publique en Société anonyme en 2010 et une ouverture du capital, à hauteur de 30 % environ, un an plus tard. Il souhaiterait comprendre les enjeux d'un projet auquel le ministère des finances est dans l'ensemble favorable, et savoir s'il existe une alternative.

 

La Commission devra préciser la nature des besoins d'investissement de La Poste, que M. Bailly chiffre à 3 milliards d'euros au moins, et son projet stratégique.

 

L'instance devra aborder la question du financement du service universel postal, qui voit La Poste distribuer le courrier au même tarif sur tout le territoire, six jours sur sept, une exception en Europe. L'une des questions clés est de savoir comment maintenir l'équilibre économique du service public postal "à la française", dans un marché totalement ouvert à la concurrence.

 

"Le gouvernement n'a pas tranché et veut entendre l'ensemble des avis. Il s'agit de concilier au mieux la compétitive de La Poste et la qualité de service auquel les Français sont attachés", réaffirme Luc Chatel, secrétaire d'Etat à l'industrie. M. Chatel ajoute que, pour l'Etat, "les garanties de service public ne sont pas négociables". Une façon d'indiquer que le gouvernement ne réformera pas La Poste sans les postiers, quitte à donner des gages en matière de protection du service postal universel.

 

"Tout ce qui est dans le contrat de service public doit être maintenu", glisse un membre du gouvernement, en référence aux grandes missions publiques de l'opérateur postal (courrier, presse, aménagement du territoire, etc.).

 

Mardi 23 septembre, un postier sur quatre s'était mis en grève contre la privatisation annoncée de leur entreprise. Une mobilisation jugée satisfaisante par les fédérations syndicales de La Poste (CGT, Sud, CFDT, FO et CFTC) qui demandent à M. Bailly d'"entendre les revendications". »

 

 

 

 

 

Publié dans Service public

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article