Privatisation de la Poste : les maires s'inquiètent

Publié le par CGT Poste Villeurbanne PPDC




Source : Universal Press Agency





« Les Maires Ruraux de France s'inquiètent du changement de statut de La Poste

 

 

 

L'Association des maires ruraux de France, présidée par Vanik B., s'inquiète des conséquences prévisibles du le projet de transformation de La Poste en Société Anonyme et d'ouverture du capital.

 

Conscients de la nécessité qu'a La Poste de moderniser son outil pour faire face à la concurrence, les maires ruraux sont en revanche très inquiets du devenir des missions de service public dans les territoires. Ils jugent les garanties annoncées très insuffisantes pour assurer que le monde rural ne fasse pas les frais, une fois encore, de sa faible rentabilité économique aux yeux d'actionnaires privés qui à terme deviendront majoritaires, aboutissement d'un long processus engagé dès 1990.

 

D'autre part, les maires ruraux s'interrogent sur la pérennité de la concertation mise en place par La Poste avec les élus au niveau local (CDPPT) ou national (Observatoire de la présence postale) lorsque celle-ci sera devenue une société anonyme.

 

Enfin et surtout, les incertitudes sur le financement du service universel après la disparition du secteur réservé, l'insuffisance notoire d'un fonds de péréquation, non pérennisé, destiné à financer la mission d'aménagement du territoire imposée à La Poste sont autant de signaux d'alerte pour les élus ruraux qui considèrent qu'aujourd'hui, les conditions du maintien du service public postal ne sont toujours pas garanties.

 

Au-delà du dossier postal, c'est une nouvelle fois la question du maintien de tous les services publics et services aux publics dans les territoires qui est posée.

 

Les maires ruraux demandent qu'enfin ce dossier soit abordé avec courage et sans faux-fuyant pour que des réponses soient apportées dans le cadre d'un large débat, voire d'un référendum. »

 

 

 

Publié dans Service public

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article