Le statut public de la Banque Postale est grandement favorable

Publié le par CGT Poste Villeurbanne PPDC



Source : Le Monde






« Grâce à son statut public, La Banque postale attire de nombreux clients en mal de sécurité

 

La Banque postale profite à plein de la crise financière. Conforté par son statut de banque publique, l'établissement dont le capital appartient à 100 % à sa maison mère, La Poste, a ouvert 260 000 Livrets A entre le 1er septembre et le 15 octobre. C'est un record absolu. En temps normal, le rythme d'ouverture de Livrets A se situe autour de 35 000 par mois. A titre de comparaison, La Poste a ouvert plus de livrets, en un mois et demi, que les Caisses d'épargne depuis le début de l'année (229 100 livrets, selon des chiffres obtenus jeudi 22 octobre par l'AFP).

 

En septembre, affolés à l'idée de perdre leurs dépôts malgré les messages rassurants des pouvoirs publics, les clients se sont rué aux guichets de La Poste, la sachant protégée par l'Etat. Certains y ont ouvert un deuxième compte courant.

 

D'autres, plus nombreux, un Livret A, attirés par la sécurité de cette épargne réglementée comme par sa rémunération élevée de 4 %, depuis le mois d'août. "Les services financiers sont débordés, il y a beaucoup d'ouvertures de compte en attente", témoigne un directeur de centre.

 

L'épargne déposée sur les Livrets A n'aura jamais été aussi abondante qu'en cette année de crise financière. Cela constitue une bonne nouvelle pour le logement social, que ces livrets financent, mais aussi pour les banques privées, qui pourront proposer des Livrets A à leurs clients dès le 1er janvier 2009.

 

A elle seule, La Poste a engrangé, depuis janvier, 4 milliards d'euros supplémentaires de collecte, soit cinq fois plus qu'au cours des neuf premiers mois de 2007. Son stock d'épargne sur Livrets A atteint 54 milliards d'euros.

 

Par ailleurs, comme en 2007, La Banque postale a continué à prêter de l'argent, sur un marché interbancaire grippé, aux grandes banques françaises en mal de liquidités. Cette activité lui a rapporté de l'argent.

 

A l'heure d'un premier bilan de la crise, le constat semble donc positif. D'autant qu'affirment des sources internes, l'établissement de crédit n'aurait pas cédé aux excès constatés depuis trois ans sur le marché de l'immobilier, en terme d'allongement de la durée des prêts. Le coefficient d'exploitation, qui mesure la rentabilité du réseau, se serait amélioré pendant la crise, passant à moins de 90 % au lieu de 97 % en 2006. »


 

 

 


 

Publié dans Service public

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
En ce funeste anniversaire du Jeudi Noir de 1929. Le jour où la panique gagna les bourses de New York. Je préfère me rappeler de l'homme de la situation, Franklin Delano Roosevelt avec son New Deal puis son Bretton Woods. <br /> <br /> Aujourd'hui, une fois encore, nous avons pu s'apercevoir que la crise n'est pas derrière nous. Nous sommes en plein dedans. La destruction de l'économie réelle s'accélère. Et avec les plans fous de renflouement du système, le risque d'une crise d'HYPERINFLATION augmente chaque jour! L’existence même des nations est mise en cause !<br /> <br /> Hier, devant un parterre de dirigeants de Hedge Fund, Nouriel Roubini déclare que le pire est à venir.<br /> <br /> La solution aujourd'hui! Dire stop à la folie de la tyrannie financière avec un VRAI Nouveau Bretton Woods!<br /> <br /> Une bataille s'est engagée entre les dirigeants politiques autour du contenu du sommet sur la crise financière qui se tiendra le 15 novembre 2008 à Washington.<br /> <br /> La population doit s'accaparer le débat! A toi la Parole!<br /> <br /> David C.<br /> david.cabas.over-blog.fr
Répondre