Service public postal : quelques mobilisations récentes en France

Publié le par CGT Poste Villeurbanne PPDC



Source : Sud Ouest






« MANIFESTATION à Crouin (Charente) Les habitants et commerçants du quartier veulent garder l'ouverture du bureau le samedi matin. L'enjeu est identique à Saint-Jacques

 

 

Crouin mobilisé pour sa Poste

 

Les habitants veulent que les bureaux de Crouin et de Saint-Jacques ouvrent tous les deux le samedi.

 

Il y a deux ans déjà, les habitants de Crouin brandissaient les banderoles pour garder leur agence postale et empêcher la création d'un point-relais à l'épicerie du centre commercial. Finalement, l'agence postale est devenue bureau de poste, statut qui offre un niveau de services un peu supérieur.

 

Rebelote en ce vendredi d'octobre. Ils étaient une cinquantaine hier devant le bureau de Poste tout neuf - il a déménagé et a été refait cet hiver - à rejeter le nouveau projet de la direction : fermer le bureau de Crouin le samedi matin ou bien celui de Saint-Jacques le même jour, ou bien maintenir une ouverture en alternance.

 

Cette alternance est déjà en oeuvre depuis avril. Pas simple pour les usagers de savoir quel samedi ils ne se casseront pas le nez devant la vitre. Les habitants de Crouin et les habitants de Saint-Jacques vivent les mêmes désagréments depuis des mois et les inquiétudes sont identiques.

 

Aucun des deux quartiers ne veut être « un quartier dortoir » pour reprendre les termes d'un courrier des commerçants de Saint-Jacques, envoyé au chef d'établissement de La Poste de Cognac.

 

Mais hier, c'est surtout le quartier de Crouin qui a été mobilisé. L'association des locataires, l'Aserc (association socio-éducative de la région de cognac) et les commerçants, soutenus par Comité de défense des services publics de la Charente, avaient appelé à se réunir dans le quartier puis place Bayard, au siège de l'établissement cognaçais.

 

« Les deux bureaux doivent rester ouverts le samedi matin », réclame Brigitte B, la présidente des locataires de Crouin. Et de rappeler que son quartier représente « au minimum 4 000 personnes ».

 

Quatre mille personnes, dont une partie ne peut se déplacer aisément faute de permis. C'est le cas d'Yveline, cliente de la banque postale. Alors bien sûr, La Poste de Crouin est ouverte chaque matin de la semaine mais Yveline, Mauricette et Liliane regrettent que les plages horaires ne cessent de diminuer.

 

Moins d'amplitude horaire, c'est de facto moins d'usagers et la tentation d'aller directement « au centre Leclerc voisin » où ils seront sûrs de trouver le service attendu, surtout pour retirer de l'argent. D'autant qu'il n'y a pas de distributeur à Crouin.

 

Ce fameux argent que le quartier préférerait voir dépensé à la supérette, à la pharmacie, au bar du coin plutôt qu'ailleurs. « C'est évident qu'en allant chercher son argent au Leclerc, les gens feront leurs courses sur place ! » peste Mauricette. « C'est la mort d'un quartier ».

 

Chiffre défavorable à Crouin.

 

Même crainte de la part de Martial B, le patron du Flam'Bar, qui était dans la délégation reçue hier après-midi par le chef d'établissement de La Poste. « Quelqu'un qui va chercher son argent au centre commercial ne revient pas ici prendre son café ou acheter autre chose. »

 

Au directeur, Martial B. s'est promis de « rappeler que La Poste, bien que privatisée, avait signé la Charte des services publics, censée assurer la continuité du service public. »

 

Le maire Michel G faisait partie de la délégation. « Le directeur nous a dit qu'une décision serait prise en janvier. Il nous a donné les chiffres des deux bureaux. Et il semblerait que Crouin fermerait le samedi. Mais je maintiens que les deux quartiers ont besoin d'un bureau de poste le samedi matin. »

 

 





 Source : Sud Ouest




« RASSEMBLEMENT à Bègles (Gironde) Une manifestation a lieu ce matin place du XIV-Juillet

 

Les services publics en question

 

 

Un collectif réunissant des syndicats du trésor et des impôts et de la Poste, ainsi que les élus de la liste d'opposition de gauche Bègles pour tous, la section locale du PCF et le conseiller général communiste Jean-Jacques P., organise ce matin à 10 heures un rassemblement devant la trésorerie de Bègles, place du XIV-Juillet.

 

 

Objectif : « le maintien et le développement des services publics à Bègles », alors que la fermeture de la trésorerie est annoncée pour la fin de l'année.

 

Mais le collectif pointe aussi la fermeture du centre de sécurité sociale de Bègles ainsi que la prochaine fermeture du centre de tri postal Jean-Jacques Bosc et de son bureau de poste. Les manifestants ajoutent à la liste les baisses de postes dans l'éducation nationale, et même « un projet de maison de retraite privée ».

 

« Toutes les composantes de la municipalité ont été invitées à se joindre au collectif. Nous n'avons pas de réponse pour le moment », glisse Jean-Jacques P.

 

Visé, le maire Noël Mamère réplique qu'il a « agi depuis 2006  pour tenter d'éviter la fermeture de la trésorerie ». Le maire ajoute qu'il a rencontré hier le directeur régional de la poste et qu'il « est absolument certain, comme prévu, que le bureau de poste de Bosc sera transféré aux Terres-Neuves ». « Je condamne évidemment ce désengagement de l'État dans les communes et auprès des populations. »





Source : www.patrice-leclerc.org







« Voeu contre la privatisation de la Poste au CG92

 

 

Patrick Devedjian et sa majorité de droite a voté contre un voeu contre la privatisation de la Poste lors de la séance du 24 octobre 2008 du Conseil général des Hauts-de-Seine. Les élus communistes, alternative citoyenne, PS, vert ont voté pour.

 

 

 

SEANCE DU CONSEIL GENERAL DU 24 OCTOBRE 2008

 

Vœu relatif a la privatisation de la poste

 

présenté par Patrice Leclerc au nom du groupe communiste et citoyen

 

La Poste est en danger. La dégradation du service public rendu se poursuit depuis plusieurs années maintenant : manque de personnel, disparition de tournées, modifications de l’accueil aux guichets qui ont pour conséquences des attentes de plus en plus longues pour les usagers et une détérioration des conditions de travail pour les personnels…

 

Le gouvernement a annoncé la transformation de la poste en société anonyme dès 2009 avec pour objectif la rentabilité financière de l’entreprise. Cette privatisation signifierait la fin du service public postal pourtant essentiel à notre pays dans les vies quotidiennes mais aussi dans la vie économique.

 

La situation économique actuelle devrait amener à réfléchir autrement. Faudra-t-il renationaliser une entreprise privatisée quand il s’agira de combler les pertes des affairistes ? Il faut construire un pole public bancaire et un service public postal.

 

Conseillers généraux des Hauts-de-Seine nous sommes très attachés à ce service public de proximité et dans l’intérêt des populations de notre département,

 

Nous demandons au gouvernement et aux parlementaires de stopper ce projet de privatisation

 

Nous demandons que s’ouvre avant toute décision, une véritable réflexion et concertation avec les collectivités territoriales, avec les usagers, les organisations syndicales, sur les missions et les moyens à donner à ce grand service public national.

 





Publié dans Service public

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article