Cumul de CDD : la CFTC assigne la Poste

Publié le par CGT Poste Villeurbanne PPDC




Source : Le Figaro, France Soir


« Cumul de CDD: la CFTC assigne La Poste

 

 

La CFTC de La Poste va assigner en justice l'établissement public postal afin d'obtenir que l'ancienneté de quelque 100.000 postiers ayant cumulé des CDD, avant d'être embauchés, soit prise en compte dans leur rémunération.

 

La CFTC va engager "une action publique et collective" devant le Tribunal de grande instance de Paris pour défendre ces contractuels de droit privé ou intérimaires, a précisé Jean-Luc J., président de la CFTC Poste. Personne ne sait exactement combien de personnes sont concernées, mais "nous les évaluons à 100.000", a précisé le syndicaliste. "Certaines anciennetés vont se calculer en années", souligne-t-il, rappelant que des postiers ont connu jusqu'à 22 ou 15 ans de CDD cumulés, pouvant additionner jusqu'à plus de 500 CDD.

 

Selon lui, le préjudice pour La Poste pourrait d'élever à 200.000 millions d'euros.

"Cela fait plusieurs années que l'on demande à la Poste de négocier les reprises d'ancienneté. Cela se fait souvent au cas par cas, devant les prud'hommes, mais jamais de manière collective", précise la CFTC. Régulièrement, des tribunaux de prud'hommes condamnent la Poste à des amendes importantes pour des affaires de cumul de CDD, souvent sur plusieurs années. Lorsque les plaignants se trouvaient encore en CDD, les tribunaux ont même requalifié les contrats en CDI. »

 

 

 

« Témoignage - “Des CDD durant 25 ans” à La Poste

 

 

 

Marie-Thérèse G., 56 ans, fait partie des personnes qui ont consacré toute leur vie à une même entreprise. Dans son cas, il s’agit de la Poste. « J’ai commencé à y travailler en 1981 à l’âge de 27 ans, quand mon mari, chef d’établissement à La Poste, a été muté en Corse. Nous y avons déménagé avec nos trois enfants. J’ai cherché du travail, je suis devenue agent postier. »

 

De 1981 à 2000, à cinq reprises, son mari va être muté dans des régions différentes. « A chaque fois, j’ai dû signer une lettre de démission à La Poste pour y postuler de nouveau quelques jours plus tard, dans la région où l’on s’installait !  »

 

Pendant vingt-cinq ans, ce ne sera que des CDD à la chaîne. « Je ne peux même pas en chiffrer le nombre. Certains ne duraient qu’une journée ! Il n’y avait pas de sécurité de l’emploi, on pouvait me virer du jour au lendemain. » Pourtant, Marie-Thérèse ne s’effondre pas.

 

Par peur du chômage, elle ne dira jamais rien, ne réclamera pas justice, n’utilisera pas le statut de son mari pour faciliter son embauche. « Je ne voulais pas lui demander quoi que ce soit, notamment vis-à-vis des collègues, qui auraient vu d’un mauvais œil la promotion de la femme du chef.Le pire, c’est qu’à chaque fois que je retrouvais un emploi à La Poste, je repartais de zéro, comme une simple débutante, avec le salaire de base. Jamais mon ancienneté n’a été reconnue. »

 

Moralement et financièrement, le coup est dur. Depuis 2006, elle est en CDI, en Corrèze. Elle attend beaucoup de cette assignation en justice : « La reconnaissance de toute ma carrière. Je n’ai pas commencé à La Poste le jour où j’ai signé un CDI. J’ai commencé il y a 28 ans. » »

 

 

Edition France Soir du jeudi 5 mars 2009 page 6

 




Publié dans Actions en justice

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article