Nouvelle étape en direction de la privatisation de la Poste

Publié le par CGT Poste Villeurbanne PPDC



Source : La Tribune


« Nouvelle étape pour la transformation de La Poste en société anonyme

 

 

Mardi, Luc Chatel, secrétaire d'Etat chargé de l'Industrie, présentera à la Commission pour le développement de La Poste, les "grandes lignes" du projet de loi changeant le statut de cet établissement public en société anonyme. L'entreprise a besoin d'un financement externe de 2,7 milliards d'euros dans la perspective de l'ouverture complète à la concurrence au 1er janvier 2011.

La transformation du statut de La Poste se précise. Les "grandes lignes" du projet de loi qui fixe le changement de cet établissement public en société anonyme seront présentées mardi par Luc Chatel, secrétaire d'Etat chargé de l'Industrie, aux membres de la commission pour le développement de La Poste.

 

En septembre dernier, la Commission Ailleret composée d'élus de tous bords, syndicalistes et représentants de La Poste, a été mise en place par Nicolas Sarkozy pour identifier les "forces et faiblesses" de cette dernière à l'approche de l'ouverture complète du secteur postale à la concurrence. Le gouvernement attendait la remise de ce rapport pour trancher d'ici à la fin de l'année sur le projet du président de La Poste, Jean-Paul Bailly, prévoyant une transformation en société anonyme le 1er janvier 2010, avant une ouverture de capital un an plus tard.

 

Selon le rapport, l'entreprise publique a besoin d'un financement externe "d'au moins 2,7 milliards d'euros" au cours de la période 2009-2012 pour faire face lors de l'ouverture complète à la concurrence au 1er janvier 2011. Elle a déjà adopté, lors de son conseil d'administration du 23 avril, un plan de réduction des coûts pour 2009 de près de 200 millions d'euros : 100 millions d'euros dans la branche courrier avec le remplacement d'un postier sur cinq, 56 millions d'euros dans l'activité colis-express, et de 25 millions d'euros dans le réseau de bureaux de poste.

 

La CGT-Poste, premier syndicat de l'entreprise (33%) a réaffirmé, ce vendredi, "son opposition absolue à la privatisation de la poste et son exigence du maintien et du développement du service public postal moderne et rénové assurant l'avenir des postiers". "Notre grande crainte, c'est que le gouvernement mette à profit les 30 jours de session parlementaire de juillet pour faire voter ce projet de loi", a déclaré à l'AFP (Agence France Presse) Nicolas Galépidès, élu au conseil d'administration du syndicat Sud, le deuxième à La Poste (22% des voix).

 

En décembre dernier, Nicolas Sarkozy avait assuré que les quatre missions de service public (assurer un service universel de qualité, garantir l'accessibilité, aménager le territoire, et distribuer la presse) de la Poste seraient intégralement maintenues. »

 

 




Montreuil, le 12 juin 2009

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 





Ni privatisation de la Poste, ni statu quo

                La CGT appelle à l’élargissement de la mobilisation

 

Le Ministre chargé de l’industrie, Luc Châtel, a confirmé hier soir le projet de loi de changement de statut de La Poste en Société Anonyme et le calendrier avec une présentation le 16 juin à midi aux organisations et aux personnalités membres de la Commission Ailleret .

 

La pseudo concertation engagée depuis juillet 2008 sur ce dossier vise à masquer la volonté de passage en force du gouvernement confirmée par la procédure d’urgence. Il aurait tort de considérer que les résultats des élections européennes valident ses choix.

 

La CGT participera à la présentation pour  réaffirmer à la fois son opposition résolue à la Privatisation de la Poste et son exigence du maintien et du développement du service public postal moderne et rénové assurant l’avenir des postiers comme elle l’avait fait pendant les travaux de la commission et lors de ses conclusions.

 

Une nouvelle fois, la CGT réaffirme que ni les directives européennes, ni la situation financière de La Poste ne justifient que le gouvernement change le statut de l’entreprise et ouvre son capital quelle qu’en soit la forme. D’expérience les salariés savent qu’ouverture de capital est toujours synonyme de privatisation, de recherche de rentabilité financière au détriment du service public et des personnels.

La crise économique met au contraire sur le devant de la scène l’urgence d’une autre politique économique et sociale qui s’appuie sur la revalorisation des salaires, de l’emploi et des droits et garanties des salariés.

 

Le gouvernement doit renoncer définitivement à tout projet de privatisation de La Poste .

De même, La Poste doit cesser de mettre à mal le service public et d’aggraver les conditions de vie et de travail des personnels.

Elle doit cesser ses réorganisations incessantes accompagnées d’une modification des règles de gestion qui concourent à une privatisation rampante.

Elle doit rompre avec sa politique de réduction des coûts à tout prix alliant suppressions d’effectifs, baisse des droits et garanties du personnel, intensification du travail et dégradation de tous les services rendus.

 

Plus que jamais, la participation massive des postiers aux manifestations interprofessionnelles et unitaires de ce samedi 13 juin s’impose.

Les postiers dans l’unité de leurs organisations syndicales avec les usagers et leurs élus ont fait la démonstration de leur capacité à se mobiliser massivement dès l’annonce le 4 juillet 2008 du projet de privatisation. Le gouvernement qui voulait faire voter la loi avant l’été a dû y renoncer.

Nul doute que nous sommes en capacité aujourd’hui d’imposer la prise en compte de nos exigences .

La CGT appelle en ce sens à l’amplification de la mobilisation unitaire pour réaffirmer le refus du projet de loi annoncé et l’attachement au service public postal et à son développement.

 


Elle organise une conférence de presse le 17 juin sur le thème « il y a de l’avenir pour le service public postal et les postiers ».

 

Contact presse : Hervé TELLIER 06.30.12.58.00

 

 

Fédération nationale des salariés du secteur des activités postales et de télécommunications CGT

263, rue de Paris - Case 545 - 93515 Montreuil Cedex - Tél. : 014818 54 00 - Fax : 0148 59 25 22 - C.C.P. Paris 20376 D

http://www.cgt-fapt.fr I e-mail : fede@cgt-fapt.fr



Publié dans Service public

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article