Privatisation de la Poste : nouvelles mobilisations en France

Publié le par CGT Poste Villeurbanne PPDC



Source : La Dépêche




 

« Castelsarrasin (Tarn et Garonne). « La Poste doit ouvrir le lundi matin ! »

 

 

Hier, une centaine de personnes a manifesté contre la fermeture le lundi matin et écouté les arguments de Mme le député.

 

Tout au long de la matinée, les manifestants ont reçu le soutien des usagers de La Poste, avant d'écouter les différents intervenants parmi lesquels Sylvia Pinel. Hier en fin de matinée, une centaine de Castelsarrasinois a battu le pavé devant La Poste, afin de protester contre la réorganisation de ses horaires (lire ci-dessous l'explication du directeur). Cette dernière prévoit la fermeture des bureaux le lundi matin.

 

L'objet de ce rassemblement était de mobiliser les usagers. Mégaphone en main, Patrick M. tentait de convaincre les passants de rejoindre le mouvement. « On nous prend le lundi matin, après ce sera le mardi après-midi et ainsi de suite… ». Ce qui a donné lieu à des discussions caricaturales : « Votre action, c'est bien, mais cela ne changera rien… Si on ne bouge pas, oui, cela ne changera rien ! »

 

Un soutien de poids, les manifestants en ont reçu un de la part de Mme le député de la circonscription, Sylvia Pinel, à la tête du collectif des élus qui se bat contre la transformation de 29 bureaux de Poste dans le département en agences postales communales , c'est aussi « en tant que Castelsarrasinoise », qu'elle a placé son intervention. « On ne peut admettre que la ville sous-préfecture voit son bureau de Poste fermer le lundi matin. Au moment où l'État soutient le privé face à la crise, c'est un contresens à l'Histoire que le service public ne soit pas soutenu. »

 

« c'est contraire au droit européen »

 

En spécialiste du droit européen, Sylvia Pinel souleva une ineptie. « Si on demande aux maires de prendre en charge La Poste dans leur commune, une entreprise dont le capital va être ouvert au privé, que devront répondre ces maires si d'autres banques privées viennent leur demander leur soutienpour ouvrir une agence ? C'est contraire au droit de l'union. » Ce contresens à l'Histoire pourrait s'étendre au plan local : « On s'apprête à accueillir plusieurs centaines de nouvelles familles de militaires à Castelsarrasin dans les années à venir et La Poste envisage de réduire son service...»

 

Après que le président de Vivre ensemble Patrice B. soit intervenu, la conclusion de ce rassemblement revenait à une guichetière de La Poste, Édith P., déléguée syndicale CGT : « On nous parle d'un besoin de 3 milliards pour que La Poste, qui a réalisé 947 millions de bénéfices l'an dernier, se modernise… Que fait l'État pour son service public ? Il a bien été capable de débourser 10 milliards pour les banques ces derniers jours ? »

 

Sylvia Pinel a appelé à prendre part à la manifestation du mardi 28 octobre à 14 h 30, devant la préfecture. » 







Source : La Dépêche



 

« Bureaux de poste : la fronde des maires

 

 

Politique. Le congrès des maires du Tarn s'est tenu hier matin à Saïx.

 

 

 

400 élus tarnais étaient présents hier à Saïx. A l'unanimité, hier, sauf une abstention, l'ensemble des maires et élus du Tarn réunis en congrès à Saïx a voté une motion destinée à défendre les services publics de proximité et protester contre les changements d'organisation et la réduction des services de la Poste qui se profilent dans les communes du département.

 

Le tout nouveau président de l'Association des maires et élus du Tarn, Sylvain F., largement soutenu par son assemblée, a notamment indiqué : « Ce qui me préoccupe le plus, c'est la rupture du lien social qu'engendrent ces réductions de service de la Poste. Notamment en milieu rural où, parfois, le dernier lien social pour certaines personnes âgées, c'est le facteur. »

 

Réductions d'horaires d'ouverture, menaces de fermeture de ces bureaux de proximité sont autant d'inquiétudes qui étaient au centre des discussions hier. Serge E, maire de Saint-Benoît-de-Carmaux, a d'ailleurs incité ses collègues à résister : « Accepter un jour de fermeture dans la semaine, c'est accepter le début du commencement de la fin. Les économies espérées par ces mesures sont des bouts de chandelle. Si nous sommes tous unis, nous arriverons à quelque chose. »

 

Une inquiétude relayée par Thierry C., président du conseil général, et effleurée par François P, préfet du Tarn, qui, dans un cadre plus large, a indiqué aux élus : « Tous ces changements, qu'ils soient de l'organisation des services de l'Etat ou des évolutions de ses interventions financières, comme ceux de la Poste d'ailleurs, posent légitiment des questions aux élus. »

 

Dans l'assemblée, hier, nombreux étaient les maires confrontés aux changements des services postaux. A Saint-Paul-Cap-de-Joux, Laurent V. : « Chez nous, c'est le lundi matin qu'ils voulaient fermer. Et le déplacement des opérations de tri vers Graulhet est toujours d'actualité. Se pose la question du service au public mais aussi de ces emplois que l'on enlève de nos communes. Ce sont autant d'habitants en moins à l'avenir. »

 

Un adjoint d'Aguts ajoute : « L'ensemble des élus du canton s'est mobilisé pour défendre le bureau de Cuq-Toulza. Nos populations augmentent, nous sommes le premier carrefour lorsque l'on entre dans le Tarn et on veut réduire le service. On ne comprend plus. » À Boissezon, Claude A. ne dit pas autre chose : « Depuis deux ans, c'est une agence postale communale qui a pris le relais. C'est un minimum mais le service n'est plus le même. Et le bureau n'est ouvert qu'à mi-temps. »

 

Après le conseil général, c'est donc l'association des maires qui hausse le ton. Avec beaucoup de détermination.

 

 

--------------------------------------------------------------------------------

 

« Sylvain F. : « Nous sommes dans l'expectative »

 

 

Sylvain F., maire de Cambounet-sur-le-Sor, a été élu président de l'Association des maires et élus du Tarn en juin dernier. Il prend donc le relais du sénateur Jean-Marc P.. Sylvain F. présidait donc hier son premier congrès.

 

 

Pourquoi avez-vous mis l'accent sur la baisse des dotations de l'État aux collectivités ?

 

C'est une inquiétude de nous tous. Le ralentissement des dotations de l'État et en même temps le transfert de compétence vers nos collectivités risquent d'avoir une influence directe sur nos projets à l'heure où les nouvelles équipes municipales sont en train de s'installer. Et malgré les explications du préfet, ces inquiétudes ne sont pas levées. Nous sommes dans l'expectative la plus totale. Mais une chose est certaine, cette nouvelle mandature sera différente, très différente de celles que nous avons vécues.

 

Quelles solutions auront donc les élus ?

 

Si les perspectives ne changent pas, ce sera soit un recul des prestations offertes à nos administrés, soit une augmentation des impôts, ce qui n'est pas raisonnable. Par contre, nous pensons que si l'État venait à faire modifier les critères de Maastricht sur les finances publiques, il sera important que cela puisse aussi bénéficier aux collectivités locales et pas seulement à l'État. N'oublions pas que les collectivités locales engendrent plus de 70 % des investissements publics.

 

Les maires ont exprimé des soucis dans de nouveaux domaines comme l'arrivée d'investisseurs sur le photovoltaïque, sur le haut débit, sur les relations avec les Bâtiments de France. Qu'allez-vous faire ?

 

Plus que jamais, cela démontre que notre association doit se saisir de ces questions, jouer son rôle d'intermédiaire et de partenaire avec tous les services de l'État. Toute une partie de notre territoire est mal desservie dans de nombreux domaines. Autant de travail pour l'association des maires. »

 





Source : L'Est Républicain


« Le mea culpa de la poste

 

 

Les Maires ruraux du Doubs sont ils rassurés ? Leur mobilisation contre les fermetures intempestives des bureaux de poste semble avoir porté ses fruits. Hier lors de l’Assemblée Générale de l’association des maires du Doubs, à Valdahon, sa présidente, Mme Christine B., a lu une lettre de la directrice régionale de la Poste.

 

Dans ce document, Catherine B. y prend plusieurs engagements. Ainsi, la Poste s’engagerait, entre autre, à consulter les communes avant toute décision, à ne pas ouvrir de relais poste sans lettre aux communes et délibération de celle-ci. Par ailleurs, elle accepte de définir avec l’association des maires une étude d’impact sur l’aménagement du territoire d’une éventuelle fermeture.

 

Dans son écrit, selon l’Est Républicain, qui relate cette information, Mme B. a reconnu des erreurs commises par la poste. « Certains maires ont été brusqués par démarches commerciales brutales » a-t-elle précisé. Affaire à suivre. »

 

 



Source : Le Parisien



« Le PC mobilise contre la privatisation de la Poste

 

 

« PRIVATISER la Poste ? Faut vraiment être timbré ! » C’est sous ce titre que le PCF [membre du Comité national contre la privatisation de la Poste] mène actuellement la bataille contre la privatisation de la Poste. Déjà, des centaines de signatures ont été récoltées dans le Val-d’Oise devant les bureaux de poste de Mériel, Ecouen, Ezanville, Garges ou Beauchamp.

 

Demain, les élus communistes seront à nouveau devant plusieurs bureaux pour proposer aux usagers de signer la pétition. « La privatisation ne ferait qu’entraîner la fermeture de nombreux bureaux jugés non rentables », affirme Jean-Michel R., membre du bureau départemental du PCF. « C’est en mettant toutes nos forces en commun que nous pouvons la mettre en échec. »

 

 



Source : La Voix du Nord


« Actualité Calais (Pas de Calais)

 

Le bureau du comité de quartier Nouvelle-France/Virval à Calais, qui se réunit une fois par mois a évoqué le point poste qui pourrait desservir le quartier a été de nouveau évoqué. «  La Poste ne doit pas être sacrifiée sur la logique de rentabilité d'actionnaires désirant s'enrichir. » Le comité a l'intention d'inviter des responsables afin de faire avancer les sujets abordés et trouver, si possible, des réponses aux nombreuses questions des membres de l'assemblée. »



 

 

 

Egalement une petite vidéo montrant la mobilisation d'élus et d'usgers à Lièpvre (Haut-Rhin) contre la fermeture partielle du bureau de poste et la délocalisation des facteurs dans une autre commune :











Pour conclure, une brève concernant l'opinion des politiques : François Bayrou, le responsable du parti politique Le Modem (centre), lors d'un meeting à la Mutualité de Pariss'est déclaré défavorable à la privatisation de la Poste.

Le spectre politique opposé à cette privatisation s'étend considérablement, c'est le moins que l'on puisse dire... Le gouvernement aurait tort de ne pas prendre cela en considération, d'autant qu'au sein du courant qu'il représenrt, il y a beaucoup d'élus, particulièrement dans les zones rurales, mais pas seulement, qui sont vent debout contre l'ouverture du capital de la Poste.


Publié dans Service public

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article