Actions fortes dans le sud ouest contre la privatisation de la Poste

Publié le par CGT Poste Villeurbanne PPDC



Source : La Dépêche





« Montauban (Tarn et Garonne). Ils ont manifesté en nombre pour sauver les bureaux de Poste

 

 

Social. Manifestation, hier,des élus, des syndicats et des usagers devant la préfecture.

 

Fermes et extrêmement déterminés. Hier en début d'après midi, le collectif des élus de Tarn-et-Garonne présidé par Sylvia Pinel députée, les syndicats au premier rang desquels la CGT, la CFDT et FO, plusieurs comités des usagers représenté par Guy J. pour Villebrumier, Alain D. pour Larrazet et Patricia C. pour Mirabel ainsi que des centaines de manifestants venus de tout le département, notamment de Mirabel, Larrazet, Castelsarrasin, Villebrumier, Vazerac etc., s'étaient mobilisés devant la préfecture, pancartes dressées et revendications à la bouche, pour dire non à la transformation de 29 bureaux de Poste en agences postales communales comme le souhaite la direction de la Poste. Sylvia Pinel, la présidente du collectif, indiquait que 4 000 personnes avaient signé la pétition le jour même où se tenait la 4e réunion de l'année de la commission départementale de présence postale territoriale (CDPPT). Les élus, conseillers régionaux, généraux et les maires ont, à cette réunion de travail, refusé à l'unanimité de discuter de « l'évolution du réseau des bureaux de Poste et de la concertation sur ce sujet avec les élus » avec les représentants de la direction de la Poste et ce en présence des autorités préfectorales. Francis L., le président de l'association des maires, qui siégeait à cette réunion résumait le sentiment de ses collèges en se prononçant par « un avis très défavorable » du projet de la direction de la Poste.

 

 

Reçus par la préfète

 

Sylvia Pinel résumait clairement ,mais avec une grande fermeté, la situation en rappelant que La Poste avait généré 940 millions d'euros de bénéfices dont 140 ont été reversés à l'Etat, et dénonçait « la privatisation en marche » avant d'affirmer : « C'est inacceptable. Nous ne voulons pas du projet de la direction de La Poste qui gagne de l'argent, et nous ne voulons pas, non plus, payer deux fois. Nous allons dire tout cela au représentant de l'État. » Pour les maires du département, le président Francis L. confirmait que « la transformation des bureaux de poste en agences communales, c'était pas la mission des maires. Pour le projet, ce sera non. Non et non. » Jean-Michel Baylet, sénateur et président du conseil général indiquait que « ce jour de manifestation, un mardi, était symbolique puisqu'elle avait lieu au moment où La Poste tenait une réunion importante ». Il observait que les élus, toutes tendances confondues, étaient présents. « On sait trouver de l'argent quand on en a besoin, alors, pour la Poste, trouvons-en et restons mobilisés », dira-t-il avant que les syndicats s'expriment à leur tour pour saluer l'initiative et que trois délégations des élus, (Sylvia Pinel, Jean-Michel Baylet et Jean Paul T, maire de Dunes) des syndicats (Bernard G. pour la CFDT, Edith P. pour la CGT et Eliane T. pour FO) et celui des comités d'usagers (Patricia C. pour Mirabel, Guy J. pour Villebrunmier et Alain D. pour Larrazet) ne soient reçues par la préfète, Danièle P.-M. pendant plus d'une heure.

 

 

 

Les parlementaires reçus le 5 novembre par Jean-Paul Bailly

 

Au sortir de la négociation, Sylvia Pinel a donné une information importante précisant que « trois parlementaires, Jean-Michel Baylet, le sénateur Yvon Collin et elle-même, seraient reçus par le PDG de la poste, Jean Paul Bailly, de 5 novembre prochain » sous les applaudissements des manifestants.

 

« La préfète a été très attentive à nos revendications et nous a assuré qu'elle les transmettraient au ministre concerné et à la direction de La Poste au plus haut niveau et qu'elle jouerait son rôle de médiation sur ce dossier ». Elle remerciait tous les participants pour leur mobilisation et terminait son propos par : « Le Tarn et Garonne ne doit pas devenir un désert postal. Continuons tous ensemble à nous battre pour cela ». Les syndicats intervenaient ensuite pour mettre l'accent sur « les incidences sur l'emploi, le malaise et les mauvaises conditions de travail qui existent aujourd'hui à La Poste ». Appel a été lancé pour une nouvelle manifestation le 22 novembre prochain.

 

 

 

 

Pétition : « Non à la privatisation »

 

Sous le titre « Non à la privatisation de la Poste » voici l'essentiel du contenu de cette pétition signé par plus de 4000 Tarn-et- Garonnais.

 

« La Poste est en danger. La dégradation du service public se poursuit depuis plusieurs années. Le gouvernement a maintenant l'intention de privatiser la Poste en en faisant une société anonyme dont le capital sera introduit en bourse. Cette réforme sonnerait le glas du service public postal. Nous devons l'empêcher car nous voulons que ce droit fondamental puisse continuer à s'exercer avec des garanties qu'une gestion privée ne peut apporter. De quoi s'agit-il concrètement ? De ne pas sacrifier davantage la présence des bureaux de poste dans les zones rurales et les quartiers populaires,. D'améliorer les conditions de distribution du courrier et d'accueil des usagers et non de les moduler en fonction de l'intérêt financier des zones De garantir le prix du timbre, de pérenniser la distribution six jours sur sept. La privatisation de la Poste ne va pas améliorer la qualité du service mais au contraire la dégrader et rendre celui-ci plus inégalitaire. Nous nous opposons donc vigoureusement à cette privatisation ».

 




Ci dessous une vidéo (de piètre qualité, mais l'image n'est pas essentielle) de la députée Sylvia Pinel (PRG) montant au créneau à l'assemblée pour dénoncer le projet de privatisation de la Poste. On passera sur la réponse incantatoire de Luc Chatel, qui ne dupe personne :











Source : La Dépêche




« SAINT-XANDRE (Charente Maritime). La Poste fermera tous les après-midi. Le Conseil municipal s'y oppose et appelle à l'aide les usagers

 

 

Mobilisation générale

 

Christian P. n'a pas hésité à installer sa pancarte devant le bureau de poste local

 

Cette fois-ci, c'est une certitude: la grande offensive d'automne contre les bureaux de poste du nord de la Communauté d'agglomération de La Rochelle est lancée. Après Puilboreau, Esnandes et L'Houmeau, c'est au tour du bureau de Saint-Xandre d'en être la victime. La Poste veut en effet imposer la fermeture du bureau local tous les après-midi.

 

Cette décision est refusée à l'unanimité par le Conseil municipal qui a voté une motion et se tourne vers les citoyens en proposant -depuis lundi- de venir signer à la mairie une pétition. «La tactique de La Poste est simple», précise le maire Christian P., «Elle veut déshabiller Paul pour habiller Jacques».

 

Le maire est particulièrement remonté contre la méthode: «Cette évolution s'inscrit dans une démarche politique de suppression des services publics».

 

Une lettre à La Poste.

 

«Pas question de se laisser faire». Dans ce combat, Christian P. peut compter sur l'implication de ses collègues: lui et les premiers magistrats de Puilboreau, Esnandes et L'Houmeau se sont regroupés pour écrire une lettre, envoyée le 22 octobre. Ils s'insurgent contre «cette redistribution pouvant aboutir à des fermetures importantes, y compris le samedi matin».

 

La résistance s'organise contre un projet qui, selon Christian P., «pourrait prendre effet au 1er décembre». Le maire saint-xandrais espère pouvoir compter sur la mobilisation des citoyens (qui sont aussi des usagers), afin de faire poids derrière le Conseil municipal, pour s'opposer à cette attaque en règle.

 





Publié dans Service public

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article